Gens d’affaires et environnementalistes font consensus pour faire avancer le Québec

Montréal, le 25 février 2014 – Une centaine de représentants des milieux environnementaux, sociaux et d’affaires sont parvenus à des consensus inédits pour rendre l’économie québécoise plus efficiente et concurrentielle, plus solidaire et à moindre impact sur le climat et l’environnement. Réunis par SWITCH, l’Alliance pour une économie verte au Québec, ils proposent la mise en place de mesures concrètes dans les domaines de la fiscalité, des emplois et de la formation, des marchés publics, de l’innovation sociale et des leviers financiers.

« Les Ateliers ont démontré qu’environnementalistes et gens d’affaires peuvent s’entendre pour faire avancer le Québec. Il y a un virage à prendre, et nous le prenons ensemble », a déclaré Karel Mayrand, directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki et coprésident de l’évènement.

Ses propos sont rejoints par Simon Prévost, Président des Manufacturiers et Exportateurs du Québec. « Nous devons devenir plus efficients dans l’utilisation de l’énergie et des ressources, et tirer profit de l’essor de l’économie verte dans le monde. En mettant l’emphase sur ce que nous avons en commun, nous n’avons fait que des gagnants aujourd’hui », ajoute-t-il.

Des représentants du Conseil du patronat du Québec, de WWF, du Conseil patronal de l’environnement du Québec, de Cascades, de la Chambre de commerce du Montréal Métropolitain, de l’Union des municipalités du Québec, de Gaz Métro, d’Équiterre, de la CSN, de l’Association de l’Aluminium du Canada, d’Écotech Québec, de l’Association des ingénieurs-conseils du Québec, de l’ACLDQ et des dizaines d’autres ont participé à la journée de travail, en présence de représentants du gouvernement du Québec.

Des propositions qui font consensus
Représentants d’affaires et environnementalistes proposent :
• le développement de l’expertise du Québec en matière d’écofiscalité, en vue d’une réforme fiscale générale,
• des modifications aux mécanismes d’appels d’offres publics afin de les rendre plus performants aux plans économique et environnemental,
• la tenue d’une campagne de promotion de la formation et des emplois verts,
• la création d’un réseau d’accélération de la croissance des entreprises du secteur des technologies propres,
• la poursuite du crédit d’impôt à la R&D pour l’étendre à la commercialisation et
• la tenue régulière de Forums des leaders de l’économie et de l’environnement.

Plusieurs de ces propositions seront approfondies au sein des comités de travail mis sur pied par SWITCH. Le gouvernement du Québec et l’ensemble des partis politiques sont appelés à s’approprier ces propositions et des mandats ont été donnés pour en assurer la mise en œuvre, indique Andrée-Lise Méthot, Fondatrice et associée directeure chez Cycle Capital Management et présidente du CA d’Écotech Québec. « SWITCH coordonnera la tenue, sur une base régulière, des Forums des leaders de l’économie et de l’environnement et offre sa collaboration au gouvernement afin de poursuivre le travail de réforme des appels d’offres publics. Écotech Québec coordonnera la mise sur pied d’un réseau d’accélération, dont le mandat serait de faire émerger davantage d’entreprises globales dans le secteur des technologies propres, et de la poursuite du travail d’élargissement des crédits d’impôt pour couvrir également un volet commercialisation », a-t-elle déclaré. Il est de plus souhaité que soit réalisée, en collaboration avec le gouvernement du Québec, une campagne de promotion de l’économie verte, des emplois verts et verdissants de même que des programmes de formation associés. Le gouvernement est finalement invité à mettre sur pied un comité d’experts afin d’entamer une réforme fiscale verte au Québec, avec le soutien d’un comité de travail mis sur pied par SWITCH.
« Nous avons commencé à développer une vision économique commune. On ne fait plus que parler d’économie verte : on la met en œuvre avec des mesures concrètes, où tout le monde peut se retrouver, tous secteurs confondus », a déclaré Marie-Hélène Labrie, Première vice présidente, affaires gouvernementales et communications chez Enerkem.

« Nous avons contribué à faire reculer les clichés des « écolos qui bloquent tout », et des « gens d’affaires inconscients ». Nous voulons tous faire avancer le Québec, renforcer notre économie, et faire notre part dans la lutte aux changements climatiques. Nous ne nous entendrons pas toujours mais concentrons-nous sur la vision commune qui nous unit », a poursuivi Philippe Bourke, Directeur général du Regroupement national des Conseils régionaux de l’environnement.

« Nous avons vécu un premier forum qui privilégie la voie du dialogue puisque nous sommes tous appelés à transformer les enjeux auxquels nous faisons face en opportunités, ce qui fait appel à la responsabilité, mais aussi au sens entrepreneurial des québécois qui est au cœur de la prospérité du Québec » a conclu Pauline d’Amboise, secrétaire générale et vice-présidente Gouvernance et Responsabilité sociale du Mouvement Desjardins.

Les Ateliers de l’économie verte ont été organisés par SWITCH et ont été soutenus financièrement par Clean Energy Canada, partenaire principal de l’évènement, par Investissement Québec, partenaire du conférencier de prestige ainsi que par Gaz Métro, Cycle Capital Management, Ecotech Québec, la Coop Fédérée et la Fondation David Suzuki.

À propos de Switch
Switch, l’Alliance pour une économie verte au Québec, souhaite accélérer le virage vers une économie verte afin de contribuer à une société québécoise innovante, résiliente, concurrentielle qui réconcilie équité sociale, environnement et qualité de vie. L’Alliance travaille à l’émergence d’une vision et d’un leadership social, politique et économique clairs, au développement d’une plus grande cohérence dans les politiques et les interventions de l’État et à la convergence des initiatives du secteur public, privé, coopératif et mutuel, associatif et de la société civile en faveur d’une économie verte. L’Alliance regroupe des organisations issues des milieux économiques, financiers, associatifs et environnementaux : Cycle Capital Management, la Fondation David Suzuki, Écotech Québec, la grappe des technologies propres, Équiterre, l’Association de l’Aluminium du Canada et l’Association des ingénieurs-conseils du Québec. L’Alliance est soutenue financièrement par le Mouvement Desjardins, Enerkem, Innergex, la CSN et Gaz Métro.

-30-
Renseignements :
Émilie Novales
514.577.5838