Switch_logo_vignette

SWITCH salue la cohérence et la volonté du gouvernement du Québec d’accélérer le virage vers une économie sobre en carbone

Communiqué de presse
Pour diffusion immédiate

Nouvelle Politique énergétique du Québec 2030

SWITCH salue la cohérence et la volonté du gouvernement du Québec d’accélérer le virage vers une économie sobre en carbone

Montréal, le 7 avril 2016 – SWITCH, l’Alliance pour une économie verte au Québec, salue la nouvelle politique énergétique 2030 du gouvernement du Québec, qui démontre la volonté du gouvernement d’accélérer le virage vers une économie plus verte. En se donnant l’objectif de réduire de 40% la consommation de pétrole d’ici 2030, et en s’attaquant en priorité au secteur des transports, le gouvernement fait des choix qui concordent avec son engagement à lutter contre les changements climatiques. Pour SWITCH, la politique énergétique constitue l’une des pièces maîtresses qui oriente et arrime l’ensemble des différentes politiques publiques et actions de l’État. L’Alliance se réjouit de constater que la politique énergétique 2030 est le fruit d’un effort concerté de plusieurs ministères. Cette approche transversale contribuera certainement à faire de cette vision d’un Québec faible en carbone un objectif commun et intégré au sein du gouvernement.

« Avec cette politique, le gouvernement du Québec fait un choix clair : faire du Québec une économie sobre en carbone. Cette vision nous aidera à mieux structurer notre économie et en faire bénéficier la plupart de nos secteurs industriels. Elle influencera nos modes de transport et d’occupation du territoire, le développement de nos régions, ainsi que nos efforts de recherche et d’innovation », résume Jean Simard, président de l’Association de l’Aluminium du Canada.

« Le gouvernement du Québec agit avec cohérence en orientant la politique énergétique vers l’atteinte de ses objectifs de lutte contre les changements climatiques : celui de réduire de 37,5% les émissions de GES d’ici 2030 et  son engagement de réduire de 80 à 95% les émissions de GES d’ici 2050[1]. L’atteinte de nos objectifs de réductions de GES doit passer par une réduction de notre consommation de pétrole, c’est pourquoi nous sommes très heureux de voir l’objectif de réduire de 40 % cette consommation d’ici 2030 », souligne Steven Guilbeault, cofondateur et directeur général adjoint d’Équiterre.

« Nous sommes particulièrement satisfaits de la volonté de s’attaquer au secteur des transports, le principal responsable des émissions de GES du Québec. En revoyant l’aménagement de notre territoire pour réduire l’étalement urbain, en misant sur les transports collectifs et en réduisant l’empreinte carbone des véhicules, la politique énergétique oriente le Québec dans la bonne direction. Elle devra rapidement être suivie de mesures vigoureuses pour devenir une réalité », affirme Karel Mayrand, directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki.

« Avec cette nouvelle politique énergétique, le gouvernement fait preuve de vision afin que nous puissions développer une véritable économie verte. Une étape importante est franchie, notamment grâce aux investissements prévus en technologies propres. Ces investissements, combinés avec les autres éléments de la politique, favoriseront la création d’une économie verte qui générera des retombées pour tous les Québécois », explique Andrée-Lise Méthot, fondatrice et associée directeure, Cycle Capital Management.

« Ce signal clair pour une économie innovante et durable offrira d’importantes occasions d’affaires pour plusieurs entreprises innovantes d’ici, en matière d’électrification des transports, de biocarburants, d’efficacité énergétique, de chimie verte, d’énergie renouvelable, pour ne nommer que celles-là  », se réjouit Denis Leclerc, Président et chef de la direction d’Écotech Québec, la grappe des technologies propres.

« Gaz Métro salue la nouvelle politique énergétique qui positionne bien le Québec sur la voie d’une économie sobre en carbone. Cette politique permettra d’accélérer la mise en œuvre d’initiatives prometteuses telles la production de biométhane et l’implantation de points de ravitaillement en carburants alternatifs. Des solutions pragmatiques et actuelles qui sont supportées par SWITCH », ajoute Stéphanie Trudeau vice-présidente, Stratégie, communication et développement durable chez Gaz Métro.

Pour Philippe Bourke, directeur général du Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec,« le gouvernement du Québec amorce enfin la nécessaire transition énergétique pour mettre fin à notre coûteuse dépendance au pétrole. Pour atteindre les cibles et objectifs ambitieux que l’on se donne, il sera primordial de poursuivre la mobilisation des citoyens, des régions, des municipalités et des entreprises afin de les engager dans ce projet de société. Partout sur le territoire, une multitudes d’organisations sont déjà prêtes à passer à l’action, comme nous le constatons à travers la démarche Par notre PROPRE énergie ».

« Le Québec est doté d’une importante capacité d’énergies renouvelables et d’une masse critique d’entrepreneurs innovants et d’entreprises technologiques à fort potentiel. Ces avenues font partie d’un véritable écosystème économique qui a le potentiel de générer des retombées locales et régionales importantes, qui dynamisent nos régions, en plus de faire partie des solutions vers une économie plus sobre en carbone », fait valoir Yves-Thomas Dorval, président-directeur général, Conseil du patronat du Québec.

Pour Pauline D’Amboise, secrétaire générale et Vice-présidente gouvernance et responsabilité sociale au Mouvement Desjardins, « La politique énergétique dévoilée aujourd’hui démontre un leadership gouvernemental fort envers un développement énergétique durable. Le Mouvement Desjardins est heureux de contribuer à l’atteinte des objectifs gouvernementaux en misant sur ce qu’une institution financière peut faire de mieux soit réduire nos émissions de GES liées à nos activités interne, se fixer une cible graduelle de décarbonisation de nos placements et offrir à nos membres et clients des produits financiers les encourageant, eux aussi, à réduire leur empreinte carbone. À l’instar de l’Alliance SWITCH, nous croyons que c’est ensemble que nous pourrons faire la différence. »

« L’industrie éolienne québécoise accueille positivement la Politique énergétique 2030 du gouvernement du Québec et abordera avec confiance sa mise en œuvre via ses différents plans d’action. L’objectif émis par le gouvernement de permettre l’exportation d’énergie éolienne représente une avancée importante qui devrait consolider le Québec comme leader en énergies renouvelables en Amérique du Nord, en aidant les juridictions voisines à atteindre leurs propres cibles de réduction des GES. CanWEA entend continuer à travailler avec ses partenaires de SWITCH à l’atteinte des objectifs du gouvernement du Québec sur la décarbonisation de l’économie et de transition énergétique », affirme Jean-François Nolet, vice-président, Association canadienne de l’énergie éolienne (CanWEA).

« Nous saluons l’engagement du gouvernement à diversifier et verdir l’offre de carburants de transport. C’est une bonne nouvelle pour les consommateurs et pour le développement de notre bioéconomie. Les carburants alternatifs de transport, comme les biocarburants cellulosiques, joueront un rôle de premier plan dans l’atteinte des objectifs de réduction de la consommation de pétrole au Québec et créeront de nombreux emplois de qualité », ajoute Marie-Hélène Labrie, première vice-présidente Affaires gouvernementales et Communications, Enerkem.

SWITCH entend participer activement à la mise en œuvre de cette politique et à l’atteinte des objectifs qu’elle poursuit, et offre toute sa collaboration au gouvernement du Québec.

À propos de SWITCH
Créée en mars 2013, SWITCH, l’Alliance pour une économie verte au Québec, souhaite accélérer le virage vers une économie verte afin de contribuer à une société québécoise innovante, résiliente, concurrentielle qui réconcilie équité sociale, environnement et qualité de vie. L’Alliance travaille à l’émergence d’une vision et d’un leadership social, politique et économique clairs, au développement d’une plus grande cohérence dans les politiques et les interventions de l’État et à la convergence des initiatives du secteur public, privé, coopératif et mutuel, associatif et de la société civile en faveur d’une économie verte.

Cofondée par des organisations issues des milieux économiques, financiers, associatifs et environnementaux, l’Alliance SWITCH a pour comité directeur : Cycle Capital Management, la Fondation David Suzuki, Écotech Québec, la grappe des technologies propres, Équiterre et l’Association de l’Aluminium du Canada. L’Alliance compte sur un ensemble de partenaires qui forment son comité consultatif : Enerkem, Innergex, Mouvement Desjardins, Gaz Métro, RNCREQ, le Conseil du Patronat du Québec et l’Association canadienne de l’énergie éolienne (CanWEA). Pour en savoir plus : www.allianceswitch.ca.

-30-

Source :

Émilie Novales
COPTICOM
514-577-5838
enovales@copticom.ca

[1] QUÉBEC (2015). « Le Québec adhère au Protocole d’accord sur le leadership climatique mondial (Under 2 MOU) », Gouvernement du Québec, Communiqué du Premier Ministre, 8 juillet 2015, en ligne, http://www.premier-ministre.gouv.qc.ca/actualites/communiques/details.asp?idCommunique=2732